Mon bref passage à San Juan

San-Juan
En croisière,
et de retour d’une si belle semaine
à visiter des îles… Dieu quelles merveilles!

A Puerto Rico,
je débarque, avec mon chum
pour quelques verres, quelques photos,
tuer le temps avant le dernier vol
en direction vers la maison

couleurs-d'ete

J’ignorais la beauté
qui saura me capter
tout au long de cette belle journée,
ensoleillée.

A San Juan, je revoyais ma ville natale
Beyrouth dans tout son charme,
par son architecture et son histoire.

Oui San Juan,Couleurs-de-l'ame
ta palette aux couleurs magiques
est l’oeuvre de tout un artiste
sinon c’est impossible que Dieu
ne soit pas derrière cette poésie

San Juan est un caprice,
une fantaisie, une cerise
qui sait plaire pour te retenir
au point que tu ne voudrais plus partir.
Elle conjugue son présent dans un passé aussi vivant

Melange-de-couleur

Malgré la fatalité du temps,
la ville a preservé sa religion,
elle y croyait fortement
que chaleur et passion
ont crée sa séduction.

Et moi, devant tout ça,
je me suis rendu si vulnérable
de cette sensation et tout cet extase

de-toutes-les-sortes

comme un homme devant une femme
qui plait à tout le monde
mais elle ne désire personne.

Une promenade dominicale
non planifiée et, prévue comme banale
pour gaspiller des heures fatales

promenade-dominicale

qu’on vit avant de rentrer en hiver, à Montréal
après une semaine idéale.

J’ignorais l’émotion
que j’aurai quand mes pieds avançaient
dans toutes ces couleurs de l’été.

j’ignorais que j’allais vivre
une heure de grâce et de félicité
dans un volcan qui bouillonnait.
Tout mon corps vibrait
d’énergie et de sensibilité.

vert-lumineux

J’avais chaud quand je marchais
et mes yeux étaient comblés
de voir cet art en vérité
un art vrai

Un art qui n’arrêtera jamais
tant que les hommes,
sur cette terre, façonneront l’histoire
au fil du temps.

J’écris ce récit pour accompagner
les intéressés, les passionnés
dans ces images capturées

en espérant comme nous, vous allez aimer
et p-e un jour visiter
qui sait.

authenticite

On descends de ce bus bondé,
nos bagages bien gardés
pour le prix qu’on a payé
comme on a préféré,
que c’est mieux de circuler
à pieds
au soleil qui allait bientôt nous manquer.

Et monDieu qu’est ce qu’on a bien fait.

On débarque à la Calle de Norzagaray
pour commencer notre journée,
admirer
ce décor si théâtralisé,
tant par son histoire et ses murailles, à une époque, bien fortifiée
pour se protéger contre les rivaux intéressés.

Une architecture, d’une finessepate-de-maison
nommée coloniale pour sa justesse
mais aussi pour marquer la délicatesse
des artistes européens, ducs et duchesses.

j’aime ce pâté
avec tout ses objets
foyers, couleurs et pavés
et je n’ai pas tout téléchargé.

lignes-et-perspective

Regardez moi “Perspective”
dans ses lignes et ses points de fuite.
Cette succession
dans chaque détail, quelle inspiration
que des motifs et de répétitions
signe de passion et de perfection.

je suis encore bouche bée
impressionné par tant de beauté ….
l’homme et ses facultés
mes larmes coulées en témoignaient.

les balcons sur ces façades
une autre dégustationbalcons

un art d’un détail
une belle manifestation

pour que notre chemin
un espace rempli d’imagination

nous fera écrire
des récits d’appréciation.

Et toutes ces ruelles
à l’infini et sans démarcation

qui se suivent en harmoniecables-electriques
malgré la situation.

d’un besoin inné
de se loger
les humains ont fait
tout un métier.

C’est la 1ère fois dans ma vie
moi pour qui l’esthétique
un grand chapitre,

que devant des cables électriques
débordant une ville
je trouve ça vraiment chic.

casa-lila

La Casa Lila, jadis Casa Linda
une résidence des plus hermosas
dont l’intérieur
nous transporte ailleurs

un atelier pour confectionner
et déguster
des fromages pour les comme moi, passagers
amateurs de fruits, du vin, miel et du café,
un lieu pour socialiser et jaser
entre amis ou avec des étrangers.

Et je continue ma petite marcheAqui-se-puede
me balader
à gauche et à droite

ma camera sans arrêt
des clichés en quantité

sur des sujets à faire jaser
des fois, les irrités
quelques esprits fermés.

en-trans

Mon chum, mon guide
que je suis en harmonie
partout et à la folie

ébahi lui aussi
par mon fanatisme
d’apprécier chaque élément
au point de la fabulation.

Plus j’avance
dans tous les sens

et plus en moi,
le plaisir d’être en trans
est intense

et ce soleil ardentsoleil-ardent
que je chéris érotiquement
et qui sur cette île
me rendait chaud exceptionnellement

je faisais exprès
de scruter…admirer

mon regard, le prolonger
pour ne jamais oublier

ce plaisir, ce désir
de rester
possédé et dominé
par tant de beauté

piece-urbaine

Tant de couleurs
donnent à mes yeux
l’impression d’être
sans pesanteur.
Aucun stress sur qui je suis
et ce que je fuis
Que du bien-être
comme après un bon sex.

je n’ai pas besoin
de préciser à quel point
ces ruelles et ce parfum
m’emporte dans une elegance sans fin

Et cette pièce urbaine
d’un gout similaire au mien
spontané
mais très bien disposée,
intime et si rapprochée.

j’aime ces façades colorées
signe de vivacitéfacade-coloree
et de générosité
le vert pour mon bien être

Le rose
pour son osmose
avec le j’ose,
une excentricité
que bien d’homme réservés
évitent, par crainte d’être jugés.

et le bleu dans toutes ses tonalités
bleu clair ou bleu foncé
confort et paisibilité.

Mélangées

comme-une-salade-bien-brassee

comme une salade bien brassée
ces couleurs composées

mes yeux en raffolaient
de tant d’excentricité
et de possibilités.

Une année a passéune-annee-a-passee
depuis que j’ai visitée
San juan où mon coeur est resté.

Je n’ai pas oublié
l’intensité de cet instant brodé
de fresques et ce genre d’émotions
qui nous perturbent positivement.

j’entends toujours le soleil
dans le chants des oiseaux
et les pas des gens.

retourner-pour-de-bons

j’écoute mon fonds
qui me dit souvent
de retourner pour de bons.

Femme, l’hommage aujourd’hui, est à toi

Femme, l’hommage aujourd’hui est à toi
dans une époque où ta voix,
dans certains pays n’a aucun droit
de parler d’amour ou de foi.

Comment oublier cette journée
pour avec toi célébrer
la source de vie que tu es,
ta présence qui est si bien appréciée
dans ma vie quand tu apparais
sous différentes façons et aspects.

Même si au fonds
je ne suis pas attiré conventionnellement,
disons la vérité – ce n’est qu’un gout, une perception –
tu restes à mes yeux
la source ultime d’inspiration
qui dessine la vie sous différentes façons.

J’admire ton élégance
ton parfum
ta profession.
Tu te rends compte de tes réalisations?

D’ailleurs je suis ton 1er fan
et ton compagnon,
je t’admire partout
au travail et à la télévision.

Je ne sais pas comment
par quelle magie et quel crayon si puissant,
tu fais tes multiples tâches en même temps
et à la perfection.
Toujours simple et prête à tout moment,
à lancer le défi en élevant tes enfants,
toi carriériste et maman
loin d’être en retard et des justifications.

En ton honneur, tôt ce matin
femme dans chaque coin
sur Terre ou dans ce ciel
j’écris ces quelques lignes
pour apposer mon soutien
à ta race et ton destin
annonciateur d’un demain
optimiste et sans fin.

Tu es l’essence de la vie
le visage de ma maman chéri
Sans toi, d’ailleurs, il n’y a pas de vie.

Mon souhait c’est que tu restes à égalité
toujours passionnée et attirée par la beauté
de faire de la vie, un vrai paradis
sans autorité et sans faire de ton identité, une virilité.

Femme, comme tu es
voilée, maquillée, ou distinguée
carriériste, humaniste ou artiste,
femme au foyer, religieuse ou passionnée
lève toi où tu es
ne laisse surtout pas tomber
la liberté de t’exprimer
en dépit de toutes les difficultés.

Le monde de demain bâtit
ses valeurs, ses refrains
en ayant ta vision comme chemin
et tes mains pour monter ce dessin.